Votre voisin du dessus vous dérange tous les jours avec des bruits de talons, une machine à laver en mode essorage en plein milieu de la nuit ou encore de la musique trop forte ? Vous pouvez l’aviser de la gêne occasionnée par son comportement qui ne doit pas nuire à votre bien-être.

Si votre voisin fait du bruit, par exemple s’il fait des travaux en dehors des horaires autorisés, vous pouvez l’aviser dans un premier temps en lui faisant part de la gêne, en sonnant et en lui expliquant calmement. Vous pouvez également lui laisser un mot dans la boîte aux lettres ou encore, lui envoyer un courrier ou l’inviter à venir constater le trouble chez vous.

Malheureusement, les petits mots doux entre voisins ne font pas toujours bouger les choses. Si vous subissez une nuisance sonore ou olfactive, vous pouvez envoyer un courrier au voisin, simple dans un premier temps, en recommandé dans un second si votre premier courrier reste lettre morte…

 

 

Le cas des locataires auteurs de troubles anormaux de voisinage :

S’il s’agit d’un locataire, vous pouvez envoyer une lettre de demande de cessation de trouble de voisinage au propriétaire du logement. Le locataire est tenu de respecter la tranquillité du voisinage, si le propriétaire le prévient que son comportement est source de nuisance, le risque pour lui est tout simplement la rupture du bail.

 

Si cela persiste :

Si rien n’y fait, vous pourrez lui envoyer une lettre de rappel, en précisant qu’il s’expose à une amende en cas de bruit excessif et à des poursuites puisqu’il s’agit de sa responsabilité civile.

Référez-vous au règlement de copropriété et l’article relatif au bruit qui précise que le bruit ne doit pas être perceptible par les autres voisins et que les propriétaires sont responsables de l’isolation phonique. Vous pouvez également vous référer au Code de la santé publique qui stipule “qu’aucun bruit particulier ne doit, par sa durée, sa répétition ou son intensité, porter atteinte à la tranquillité du voisinage ou à la santé de l’homme, dans un lieu public ou privé, qu’une personne en soit elle-même à l’origine ou que ce soit par l’intermédiaire d’une personne, d’une chose dont elle a la garde ou d’un animal placé sous sa responsabilité” – Article R1336-5.